Camille PISSARRO (1830-1903)

 

Lettre autographe signée et illustrée, adressée à son fils Lucien, Rouen, 11 octobre 1883.

Cinq pages in-8 illustrées d’un dessin à la plume; encre brune, écriture très lisible, environ 18 lignes par page.

Très rare et belle lettre au cours de laquelle le peintre commente, entre autres, ses œuvres en cours : Vue de Rouen et Place de la République.

 

Après une dizaine d'années passées à Pontoise, Camille Pissarro éprouve le besoin de renouveler son répertoire de motifs. Sur les conseils de son ami Claude Monet, dont le frère vivait à Rouen, l'artiste se rend en 1883 dans la capitale normande. Lors de ce premier séjour, Pissarro découvre la ville. Il déambule aussi sur les quais de la Seine, en quête de motifs. Il y peint un ensemble assez varié de dix-huit œuvres, ne privilégiant aucun sujet particulier.

Pissarro reviendra maintes fois à Rouen, notamment après avoir vu à la galerie Bernheim la série des cathédrales de Monet. Frappé par « l'unité » de ce travail – unité qu'il recherchait depuis longtemps –, conscient que « c'est dans son ensemble qu'il faut que ce soit vu », il décidera de se fixer à nouveau à Rouen pour y réaliser lui-même un ensemble cohérent. Au total, ce sont soixante-neuf peintures ainsi qu'une importante série de gravures que Pissarro exécutera à Rouen.

Dans cette lettre envoyée le 11 octobre 1883, Pissarro expose à son fils son travail en cours (« un motif le long de la berge en allant vers l’église St Paul »). Il détaille la vue sur Rouen – qui donnera le tableau Vue de Rouen (1883, collection particulière) – et aborde ensuite d’autres projets en cours de réalisation : la vue du Cours-la-Reine et celle saisie de sa chambre, avec tramway, qui donnera le tableau Place de la République (1883). Il exhorte son fils à profiter de Londres pour travailler le dessin : (« Il faut travailler dur […]. Beaucoup de dessins, beaucoup et beaucoup. Rappelle-toi de Degas ») et le pousse à étudier les œuvres de la National Gallery.

 

Le beau dessin à la plume, réalisé dans la partie supérieure de la page 3, annonce avec la plus grande fidélité le cadre et les éléments visuels de la Vue de Rouen de 1883

 

Transcription  sur demande

 

Les feuillets ont été montés anciennement en accordéon ; réfections marginales au japon mince, petite déchirure réparée dans le blanc de la dernière page ; encre légèrement insolée sur une page et demie environ.

 

Bibliographie :

Lettre publiée dans : Pissarro, Lettres à son fils Lucien, ed. John Rewald (New York: Pantheon, 1943), 40-42.
 

Provenance:

Lucien Pissarro, the artist's eldest son, London;

Don à M. and Mme Paul M. Hirschland, New York (les Hirschland possédait la seconde vue de Rouen dont cette lettre parle

Lucien Pissarro et sa femme Esther étaient de proches amis de la famille Hirschland, ils s’occupèrent souvent des affaires des Pissarro pendant la seconde guerre mondiale.

Camille PISSARRO (1830-1903)

25 000,00 €Prix

    Une question ? Merci de me contacter ici.

    logoPF.png