Francis PONGE (1889-1988).

 

Lettre autographe signée "Francis Ponge" adressée à Jean-Paul Sartre. Paris, 16 mai [1950].

Deux pages in-4 sur papier quadrillé.

 

Très belle lettre de Ponge à Sartre, dans laquelle il explique longuement ses vaines tentatives de le faire publier ainsi que Genêt dans la revue de la Princesse Bassiano, La Botteghe Oscure, revue qui fut publié de 1948 à 1959 à Rome en 5 langues.

 

             ...Je trouve qu'il faut attendre et avoir au jour

                     une nouvelle ou une pièce de théâtre...


« Cher Sartre,

Je me trouvais bien embarrassé depuis quelques jours. Voici qu’un coup de téléphone de Genêt me force à secouer cet embarras… mais il me faut commencer peut-être par le plus pénible pour moi.

Après de longs atermoiements, la princesse de Bassiano m’a écrit qu’elle ne pouvait se décider à publier dans sa revue [Botteghe oscure] la fin de votre roman. Elle dit qu’elle s’est fait une règle de ne rien donner qui doive paraître ailleurs moins de six mois ensuite. Et elle ajoute : "Je trouve qu'il faut attendre et avoir au jour une nouvelle ou une pièce de théâtre" - Comme ceci vient après plusieurs relances et tentatives de persuasion de ma part, je ne puis plus rien. Inutile de vous dire que je suis navré ; bien que je vous connaisse assez - il me semble - pour croire que vous en m'en voudrez pas. Après tout, tant pis pour elle !

Quant aux textes de Genêt, elle me les renvoie par le même courrier, disant qu’elle publiera aussitôt de lui un Bateau Ivre, s’il en écrit un… ? Question de goût, ici, je suppose…Et elle ajoute : "Vous comprendrez, je suis sûre. j'espère que Sartre comprendra aussi". Comme ce textes me sont parvenus par Jean Car, c'est à celui-ci que je les retourne. je ne connais d'ailleurs pas Genêt. on me dit qu'il a téléphoné chez moi cet après-midi, etje comprends son impatience. Je ne voudrais pourtant pas qu'on repique de m'impatienter à mon tour (il parait que le ton au téléphone n'était pas très agréable) parce qu'on me rendrait à tort responsable des décisions de MM de B. Bien entendu, je ne lui envoie que ce que j’approuve moi-même. D’autres l’"alimentent" de leur côté. Nous discutons parfois et parfois je la persuade. Quand je n’y réussis pas, je le regrette. Mais tout reste toujours fort correct et motivé (Genêt dirait régulier).

Voilà. Je sais, cher Sartre, comme vous tenez à aider Genêt et je vous en estimerais davantage si je ne vous estimais entièrement. j'ai tenté de vous aider à mon tour en cela. Sans succès. Cela me désole. De cela, non plus, je pense que vous ne me tiendrez pas rigueur.

...Mais il m'est difficile après cela de vous parler de moi...

Je vous serre les mains en toute amitié

Francis Ponge ».


Une lettre de Ponge adressée à Goldschmidt est jointe, elle le prie de souscrire à son ouvrage Le Soleil placé en abîme illustré par Jacques Hérold (4 décembre 1954).

  

Francis PONGE (1889-1988)

1 200,00 €Prix

    Une question ? Merci de me contacter ici.

    logoPF.png