Marcel PROUST (1871-1922)

 

Lettre autographe signée "Marcel Proust" à Gaston Rageot. Sans lieu ni date [fin 1920].

Quatre pages in-8. Traces de pliure.

 

"un exemplaire dédicacé de Guermantes"

 

Lettre inédite au critique du Gaulois.

 

Belle lettre évoquant la parution de son ouvrage « Le côté de Guermantes » à la NRF et pour lequel il a été très sollicité.

 

Accablé par une bronchite et d’autres maux, Proust ne se souvient plus s’il a envoyé à son

"Cher Monsieur et ami (permettez-vous ami ?) à force de penser à vous, je ne sais plus du tout où j’en suis avec vous…:je vis dans une torpeur où je ne sais guère ce que je fais".

Tout le monde m’écrit : « Vous ne m’avez pas envoyé d’édition originale de Guermantes », ce qui ne m’étonne pas beaucoup d’en n’ayant plus que 5. Mais je me croyais certain de vous en avoir envoyé une. Or je trouve une édition originale (la seule qui me reste) avec : à Monsieur Rageot, etc…Alors est-ce que je me suis trompé. Si vous voulez pour ne pas vous fatiguer à écrie (et moi cela me fatigue encore plus) convenons ceci : si vous avez reçu mon ed. originale ne m’écrivez pas.

Dans le cas contraire réclamez-la moi et je vous adresserai celle que j’ai dû dédicacer en double et sans doute dans les mêmes termes.

 

Enfin je retrouve une lettre pour vous remercier de ce que vous avez dit de ce Guermantes. Bref, vous êtes mon seul correspondant (hélas je n’ai la force de répondre à personne) et, fâcheux paradoxe, il semble que cette correspondance unique n’aille pas au destinataire.

Voilà tant et tant de semaines que je ne suis sorti qu’un de ces soirs, je mettrai une "chemise de jour" pour aller au Gaulois dire un mot d’amitié et de gratitude à Robert de Flers. Je me permettrai de demander si vous êtes là. Croyez-moi en attendant votre lecteur attentif toujours, souvent reconnaissant, croyez-moi aussi votre très cordialement dévoué

Marcel Proust"

 

Gaston Rageot (1873-1942), ancien élève de l’Ecole normale supérieure et agrégé de philosophie, avait succédé à Proust comme critique littéraire à la Renaissance latine.

 

La critique de Guermantes dont il est question est celle qu’il avait publiée dans Le Gaulois (11 décembre 1920) ; il écrivit aussi une critique de Swann dans la Revue de Paris (1er janvier 1914) et de Sodome et Gomorrhe dans Le Gaulois (15 juin 1922).

 

"Les lettres qu’il échangea avec Rageot ne nous sont pas parvenues", dit Kolb (XXI, p. 340, n° 2 ; sur Rageot, voir aussi XIII, p. 40, n° 16)

 

Marcel PROUST (1871-1922)

0,00 €Prix

    Une question ? Merci de me contacter ici.

    logoPF.png